Machins Choses Olivia Ruiz: Interview exclusive de Xavier Reim

Je vous avais partagé sur la page Facebook mon coup de coeur pour le court métrage Machins Choses sur Olivia Ruiz . J’ai tellement adoré que j’ai voulu en savoir plus. J’ai contacté le réalisateur Xavier Reim qui m’a répondu avec beaucoup de générosité et simplicité. Je le remercie encore infiniment pour avoir pris le temps de nos faire découvrir les coulisses de cette production, je me suis régalée de le lire!

 

© Milgram Productions

 

Pour commencer, peux-tu nous expliquer le concept de la collection Machins choses et comment en es-tu venu à réaliser ce projet?

Machins Choses est un programme court qui met en lumière un interprète à travers une anecdote parfois méconnue du grand public. C’est par le prisme de l’objet que sont abordées ces petites histoires qui alimentent les légendes, le tout étant raconté par la douce voix de l’actrice Marie Petiot. C’est la boite de production Milgram qui en a eu l’idée originale et qui l’a proposé à France Télévisions. Milgram et l’Adami avaient envie de raconter ces histoires avec des prises de vues réelles, et en évitant donc d’utiliser le plus possible les images d’archive. Le projet me plaisait sur le papier et j’ai un côté un peu bricoleur. J’ai toujours cherché à m’amuser lors de la prise de vue, en utilisant des astuces ou des effets réels (fils en métal, miroirs, formes découpées dans du papier, etc). J’imagine que c’est ce qui a donné au producteur Clément Mathon l’envie de me donner les reines de ce projet…

 

© Milgram Productions

 

Pourquoi avoir choisi le sujet d’Olivia Ruiz? Y a -t- il un lien avec l’ Adami qui est à l’ initiative du projet? (on se souvient qu’ Olivia Ruiz a réalisé le court métrage Où elle est Maman? lors de l’ évènement Talents Adami Cannes). 

Nous travaillons en effet en étroite collaboration avec l’Adami, la société de gestion des droits des artistes-interprètes. Nous échangeons sur nos souhaits de récits, nos envies concernant les artistes… Avec l’auteure Valérie Paillé, qui est aussi journaliste, nous veillons à ce que chaque artiste ait une histoire liée à un objet, et que le tout tienne en 1m20s, le temps imparti de ce format court. C’est un sacré travail ! Lors des réunions préparatoires de ce projet, l’histoire d’Olivia Ruiz nous est tout naturellement venue à l’esprit. C’est qu’elle a un sacré parcours depuis son enfance à Marseillette. Elle a une identité artistique forte, reconnaissable entre mille. Et enfin, son travail est apprécié du grand public. L’ensemble des critères était rempli, que demander de plus pour inaugurer la collection Machins Choses ?

 

© Milgram Productions

 

A-t- elle collaboré de près ou de loin au projet, ou a-t- elle eu la surprise? Quel a été son retour?

Olivia Ruiz n’a pas du tout collaboré au projet malheureusement. Nous ne savons même pas si elle a eu encore l’opportunité de voir le programme court. 23 épisodes composent la saison 1 de la collection Machins Choses, donc c’est tout autant d’artistes et tout autant d’histoires à raconter. Il serait compliqué de travailler avec tous ces interprètes en même temps car nous écrivons et tournons en parallèle plusieurs épisodes. Nous veillons cependant à ce que l’ensemble des épisodes respecte l’identité et l’histoire de chaque artiste. Nous avons véritablement le souci de rendre hommage à leur carrière. J’espère que l’épisode contant Olivia Ruiz est aussi proche d’elle que possible…

 

© Milgram Productions

 

En ce qui me concerne, je trouve que le court métrage est l’ essence même d’ Olivia Ruiz, comme peu de personnes arrivent à la saisir. Une multitude de références relatives à son univers inondent le film. Y aurait-il une personne aussi fana que moi dans l’ équipe?

Merci énormément pour ce compliment, que je transmettrai avec plaisir à l’ensemble de l’équipe. Nous passons tous énormément de temps sur chaque épisode, que ce soit lors de la recherche journalistique, l’écriture, la conception des tableaux, les décors, la lumière, le montage… Nous lisons des articles, regardons des interviews, recherchons des photos de tel ou tel moment de la carrière de l’artiste. L’un des objectifs de Machins Choses est de s’imprégner le plus possible de l’univers des artistes-interprètes. Je ne peux parler pour chaque membre de l’équipe, mais pour ma part, j’apprécie la carrière et la musique d’Olivia Ruiz. Je l’avais découvert, comme une grande partie du public, sur ma télévision cathodique. Mais c’est son album La Femme Chocolat et ses collaborations avec Mathias Malzieu (que je connaissais déjà avec Dionysos) qui m’ont définitivement conquis.

 

© Milgram Productions

 

Pourquoi avez-vous choisi le support de découpages en papier pour vous exprimer? 

Nous avons choisi d’utiliser les découpages en papier lors de discussions avec la cheffe décoratrice Amélie Meseguer et son équipe. Nous sommes partis du lieu favori des artistes-interprètes : la scène. L’expérience d’Amélie dans le spectacle vivant nous a permis donc d’imaginer chaque histoire de sous formes de tableaux, comme au théâtre. À l’échelle de la caméra, les grands décors de contreplaqué deviennent donc des petites feuilles de papier cartonnées au laser. Ces feuilles de papier sont un formidable moyen d’expression ! On peut les découper, les peindre, les tordre, les assembler. Le chef opérateur, Pierre-Marie Paubel, s’appuie aussi sur le papier pour créer toutes les ambiances lumineuses du film. Il joue avec les réflexions, les transparences… Le grain du papier apporte une véritable identité au programme et lui confère un aspect inédit.

 

© Milgram Productions

 

Comment avez-vous choisi les titres de la bande son qui est juste géniale? A part J‘traîne les pieds (vous ne pouviez pas passer à côté pour la référence à la boîte à musique), ce ne sont d’ ailleurs pas les plus connues…

C’est Romain Grenier, l’ingénieur du son, qui a composé la bande son. Il a écouté l’ensemble de la discographie d’Olivia Ruiz et en a choisi les extraits collant le plus à chacune des séquences. On passe de De toi à moi, à J’traine les pieds, en passant par L’almée phénomène de Bratsch. Il y a même When the night comes dont Olivia Ruiz partage l’affiche avec Lonely Drifter Karen. Ce qui est intéressant dans le travail sonore de Romain, c’est la capacité à pouvoir enrichir l’histoire avec des informations que l’on ne peut pas raconter. Ainsi, on parcourt l’univers d’Olivia Ruiz, que ce soit au travers de ses chansons ou bien de ses influences. La carte d’identité est complète !

 

© Milgram Productions

 

As-tu une anecdote à nous partager pendant la réalisation du film?

Je parlais précédemment du fait que l’on se soit inspiré de l’univers du théâtre pour composer nos décors. Eh bien, ce qui est drôle, c’est que lors des tournages, nous utilisons les mêmes expressions qu’à la scène. On place un personnage à jardin, une planche de décor à cour, il y a des cintres pour manœuvrer les projecteurs, nous utilisons parfois des systèmes de poulies, de tringles, de rails…

 

© Milgram Productions

 

De quoi es-tu le plus fier dans ce projet?

Ce sont je suis le plus fier est le travail de l’ensemble de l’équipe impliquée sur le projet Machins Choses, que ce soit pour ce qui est palpable (l’image, le son), que pour ce qui l’est le moins, comme la gestion et l’organisation des tournages par la directrice de production Juliette Ambil, ou bien la coordination de la communication grâce à Adrien Durand. Il est rare d’avoir une équipe soudée et rodée. Les épisodes sont magnifiques à regarder. Donc un grand merci à eux !

 

© Milgram Productions

 

Quelle est ta prochaine actu? Où peut-on continuer à suivre ton travail?

Actuellement, nous sommes encore en plein travail sur Machins Choses ! Certains épisodes sont en cours de montage, d’autres en cours d’écriture. Nous allons parler du cascadeur Rémi Julienne, de l’actrice Catherine Deneuve, des chanteurs Alain Souchon et Barbara… Tout un tas d’histoires et d’univers à explorer tout au long de l’année sur Culturebox et à voir sur la chaine Franceinfo. Pour découvrir mon travail, je vous invite à vous rendre sur mon site internet www.xavierreim.com. Sinon, pour suivre mon travail au quotidien, le mieux est de me suivre sur twitter : @XavierReim. J’y poste mes dernières créations, ainsi que des découvertes musicales et des photos de tournage… L’occasion de voir les coulisses des prochains enregistrements de Machins Choses…

 

© Milgram Productions

 

Interview réalisée par Julia Sorriano, alias la Chica Olivia Ruiz.

Olivia Ruiz & Barbara

Olivia Ruiz rend hommage à Barbara en reprenant le titre Gueule de nuit sur l’album Elles&Barbara, un album de reprises aux interprètes 100% féminines, et réalisé par une femme et pas la moindre… Edith Fambuena! (la réalisatrice de l’album A nos Corps-Aimants pour ceux qui suivent pas, ainsi que la directrice musicale des Françoises).

 

Elles & Barbara ce sont 13 artistes, 13 “femmes qui chantent” et offrent une relecture inédite des classiques de celle qui se définissait comme “la femme qui chante”.Guidées par la réalisation sincère et juste d'Edith Fambuena chacune a pu se donner la liberté d’interpréter à sa façon les textes de la chanteuse.Un album comme une célébration de celle dont la poésie et la justesse des mots touchent en plein cœur aujourd’hui encore, 20 ans après sa disparition.Le 9 juin 2017 Barbara aurait fêté ses 87 ans, c’est à cette date que l’album Elles & Barbara sera disponible. Découvrez la bande annonce

Publié par Barbara sur vendredi 5 mai 2017

 

D’ailleurs on retrouve la Françoise Jeanne Cherhal sur le titre Nantes, sa ville d’origine. Ainsi que « la grande Zazie », Melody Gardot, Louane, Elodie Frégé, Juliette Armanet, Daphné… On peut faire confiance aux goûts et couleurs d’Edith Fambuena qui a choisi des artistes qui n’étaient pas dans la performance, mais l’humilité.

 

Zazie interprète "La solitude", une chanson de Barbara figurant sur l’album « Le mal de vivre » paru en 1964.Pré-commandez l’album Elles & Barbara et recevez le titre immédiatement : https://Barbara.lnk.to/PrecoAlbumSortie le 9 juin

Publié par Barbara sur vendredi 12 mai 2017

 

Sortie de l’album prévue le 9 juin. En attendant, la version originale de Gueule de nuit par Barbara herself pour patienter… J’entend déjà la gouaille d’Olivia Ruiz, pas vous?

 

Votez Blanc… Olivia Blanc!

Je suis en saturation des gens qui donnent leur consigne de vote: people, politiques, inconnus au bataillon… Un ras le bol de ces gens qui prennent les autres pour des cons, comme s’ils ne pouvaient pas avoir leur opinion propre.

Alors j’y vais de ma petite boutade histoire de détendre un peu l’atmosphère (et de les tourner en ridicule aussi je l’avoue)…

Votez Olivia Ruiz!

Imaginez-vous! Avec Olivia Ruiz présidente, on résoudrait les grands problèmes du monde, tout en continuant à dévaliser les boutiques de chaussures… Ca, c’est un programme!

Finie la malbouffe! La Femme Chocolat nous fera sauter Les Crêpes aux champignons rissolés au vin des Corbières.

Pour la classe ouvrière, on réhabilite les métiers oubliés comme le Vitrier dans son bleu réglementaire…

Pour l’éducation, on met le paquet sur l’école primaire, et on fera étudier aux enfants le texte de j’traîne les pieds pour apprendre les adjectifs épithètes, comme à Marseillette!

Pour les cancres, pas de problèmes, ils prendront l’option « quand je serai grande, je serai voleuse ». Et on citera Descartes au cours d’éducation sexuelle « Je baise donc je suis ».

Dans son gouvernement, on trouvera Toan (sûrement à l’immigration), Chet, Camille Bazbaz, Jean-Claude Gallota…  et pléthores d’autres talents qui ont saisi l’essence de l’humanité.

Sa profession de foi:

Être ensemble
Vainqueurs, tous ensemble
– Des millions de prem’s ex aequo
– Millions de champions illégaux
Ensemble, escalader les marches
Tous ensemble, passer sous l’arche

Six mètres, Olivia Ruiz

Des adversaires un peu trop pushy à la Florent Pagny?? On lui fera goûter un peu d’os cassés à la sauce piquante Olivia Ruiz!

Françaises, français, c’ est le temps des grandes métamorphoses, votez Olivia Ruiz!

Et on fêtera la victoire dans des chambres d’hotels aux étages élevés pour photographier les gens heureux…

 

 

Volver d’Olivia Ruiz et Jean-Claude Gallotta

Volver… Je ne sais pas par où commencer pour vous décrire ce spectacle OVNI qui mêle chant, musique, danse contemporaine et vidéo.

Un show inédit et inattendu complètement jouissif pour les aficionados d’Olivia Ruiz comme moi, qui traverse son répertoire de fond en comble, et qui permet d’écouter des petites merveilles encore jamais écoutées en live comme Paris, les Vieux amoureux, de Toi à moi, de Toi à moi II,…

Une histoire fiction-fusion des parcours de vie de la grand mère d’Olivia Ruiz Joséphine Blanc -alias Pépita- et d’Olivia Ruiz herself -alias la Femme Chocolat- sur fond historique d’immigration espagnole. L’occasion de faire écho au titre de Toan El silencio, avec des images et des citations directement tirées du clip.

C’est un spectacle vraiment poignant et je dois avouer que les larmes me sont montées aux yeux dès le 1er tableau car la narration très simple, dépouillée du superflu, dit tout et réveille la dure réalité des migrants qui résonne encore aujourd’hui. Sans parler de la mise en scène qui, comme une caisse de résonance, décuple toutes les émotions.

Mais c’est surtout une histoire d’amour passion entre les personnages de Joséphine Blanc et Raphaël: Je m’en fiche, de toi à moi, Quijote, Spit the devil, Volver...qui donne une nouvelle lecture aux titres d’Olivia Ruiz. C’est comme si on découvrait ses chansons -qu’on connaît pourtant par coeur- pour la première fois. Une autre façon de se délecter de son oeuvre…

Les costumes sont d’une fausse simplicité, avec juste ce qu’il faut pour coller à l’ADN d’Olivia Ruiz. Du noir, du blanc, du rouge, des plissés et des dentelles qui mettent en valeur les danseurs, racontent l’histoire et passent les émotions. On a eu la grande joie de revoir la magnifique robe de la Mécanique du coeur et de la tournée Miss Météores.

Les croques-notes sont les mêmes que sur la tournée A nos Corps-aimants et jouent en live comme à leur habitude, en faisant toutefois attention à ne pas envoyer le son trop fort, de manière à ce que les danseurs puissent suivre et à ne pas parasiter le micro d’Olivia Ruiz. Car Olivia Ruiz chante en live tout en dansant. Je n’arrivais pas à y croire au début, je pensais que le chant était enregistré comme la partie narrative tellement c’était parfait tout en dansant, le truc genre impossible! Mais si…

La danse apporte vraiment beaucoup. Òn aurait pu craindre des chorégraphies d’accompagnement comme sur un plateau télé. Mais pas du tout. C’était sans compter sur la subtilité des chorégraphies de Jean-Claude Gallotta tellement évocatrices.La danse rend tout plus intense, plus émouvant, plus puissant.

Un spectacle immanquable pour les fans et vraiment divertissant et enrichissant pour les autres, qui montre une nouvelle fois le professionnalisme et la sincérité qu’Olivia Ruiz incorpore à tous les projets qu’elle entreprend.

> Un énorme merci pour l’accueil que m’ont réservé Olivia Ruiz, les musiciens, les danseurs et Jean-Claude Gallotta.

 

 

 

 

Mode: La chemise en jean d’Olivia Ruiz dans Psychologies

Olivia Ruiz porte le jean récemment, et je dois avouer que c’est pas pour me déplaire! J’adore cette pièce intemporelle qui apporte un peu de couleur dans sa garde robe du moment, un peu trop noire et blanc à mon goût (I miss Miss Météores…).

On a aperçu Olivia Ruiz en jean au Grand Journal dans un petit look rétro dont j’ai raffolé avec un splendide top dentelé blanc que je recherche toujours activement, un jean bleu taille haute et des escarpins jaunes qui viennent twister le tout. Elle a comme amené le printemps avec elle sur le plateau ce jour-là.

olivia-ruiz-jean-le-grand-journal

top-blanc-olivia-ruiz-grand-journal

En couverture de Psychologies (spécial femme), Olivia Ruiz porte une chemise en jean avec une coiffure rétro-rock’n roll et son éternel rouge à lèvres rouge à croquer:

0001-400

Après avoir inspecté les différentes chemises Levis sous toutes leurs coutures, j’ai enfin identifié la chemise Tailored Western Shirt:

olivia-ruiz-chemise-en-jean-levis-psychologies

J’aime beaucoup la forme du rabat des poches et les petits boutons nacrés.

chemise-levis-tailored-western-shirt-recto

ainsi que la forme ceinturée et la couture dans le dos.

chemise-levis-tailored-western-shirt-dos

C’est vrai que cette chemise porte bien son nom « western »…

olivia ruiz chemise en jean levis

Tokyo Eyes d’Olivia Ruiz

Un des titres sur lequel j’ai apprécié m’arrêter dans le nouvel album A nos Corps-Aimants d’Olivia Ruiz est Tokyo Eyes, parce que la musique rock qu’Olivia Ruiz a composée avec Edith Fambuena et Frank Marty déménage, et qu’elle raconte une nouvelle histoire, sur un territoire jusqu’alors inexploré et aux antipodes des pays latinos auxquels Olivia Ruiz nous a habitués jusqu’à maintenant.

Cette chanson est inspirée par un moment de solitude et de tristesse suite à une petite brouille qu’Olivia Ruiz avait eue avec ses proches lorsqu’elle accompagnait Salvatore Adamo en tournée au Japon en octobre 2010. Elle l’a intitulée Tokyo Eyes en hommage au film de Jean-Pierre Limosin.

« Hommage à Jean-Pierre Limosin. j’aime même failli tourner avec lui et c’était très triste que ce projet n’ait pas obtenu de financement parce que Tokyo Eyes, ça fait vraiment partie des films cultes et que quand je me suis retrouvée à faire la première partie de Salvatore Adamo à Tokyo, je me suis baladée dans cette ville avec toutes ces images en tête.  A ce moment là le coeur un ptit peu gros avec une discussion assez houleuse avec certains de mes proches et voilà, cette déambulation musicale est née d’un ptit coeur gros ».
Olivia Ruiz, Ciné, Séries & Compagnie 27/11/16.

olivia-ruiz-salvatore-adamo-tokyo olivia-ruiz-salvatore-adamo-tokyo-eyes

Alors évidemment, j’ai regardé le film et ça n’a pas loupé, j’ai adoré…  Le pitch: A Tokyo, un homme est recherché par la police pour tirer à blanc sur les gens. Un drôle de serial killer qui ne fait qu’effrayer la victime. Quelles sont ses motivations? La jeune soeur du policier chargé de l’affaire se met en tête de le retrouver seule… C’est beau, tendre et poétique et en même temps rock’n roll et trash. Une histoire d’amour pour les chicos/chicas qui n’aiment pas l’amour…

Affiche du film Tokyo Eyes réalisé par Jean-Pierre Limosin

Le projet du film de Jean-Pierre Limosin avec Olivia Ruiz était l’adaptation du roman Morsures de l’ombre de Karine Giebel. Le Pitch: Un homme est invité à boire un dernier verre chez une femme qui le fait prisonnier et le fait souffrir. Pourquoi lui? Qui est la véritable victime? Suspens… Le projet n’a pas abouti car il est plus difficile d’obtenir un financement pour un film très noir qu’avec un « feel good movie ». Dommage…

« C’était un film très très sombre, on a fait des castings géniaux, moi j’étais hyper dedans, c’était une adaptation d’un roman qui s’appelle les morsures de l’ombre où c’est une jeune femme qui va capturer un homme en pensant qu’il est l’assassin de sa soeur. Et puis bien évidemment… »
Olivia Ruiz, Ca pique mais c’est bon 04/01/17.

Roman Morsures de l'ombre de Karine Giebel que Jean-Pierre Limosin souhaitait adapter au cinéma avec l'actrice Olivia Ruiz.

Actuellement en tournée, Olivia Ruiz interprète Tokyo Eyes en rappel à la fin du spectacle revêtue d’une robe complètement improbable!!

olivia-ruiz-tokyo-eyes-tournee

A visionner à la 19e min:

Tokyo Eyes:

In Tokyo eyes I found myself
Behind the lights, a window for my breathlessness
Oh brightening city, bring me all that I need
I must come back happy, walking on my two feet

I’m feeling bound hands and feet
Retreating into the camp of my mind
I will follow the tips of my boots
If they stop on this street, nevermind

Nobody must know
I’m in the depths of despair
I protect the ones I love
My loneliness is my affair

I’m feeling bound hands and feet
Retreating into the camp of my mind
I will follow the tips of my boots
If they stop on this street, nevermind

I’m feeling bound hands and feet
Losing control of the tips of my boots
I will follow the sound of this night
If I die on this street, to survive I won’t fight

 

Pimp my Ruiz!

C’est parti pour la tournée A nos Corps-Aimants d’Olivia Ruiz et son principe de concert participatif avec l’application Facebook Pimp my Ruiz!!

pimp-my-ruiz-olivia-ruiz-concert-participatif

« Hello tout le monde,
Ca y est, demain premier concert de la tournée #anoscorpsaimants!
Vous le savez, je tiens à ce que chaque concert soit unique, c’est donc vous qui allez définir ce que sera le show dans votre ville.
C’est très simple: pendant les 24h précédant la date, sur ma page Facebook, des éléments de ma scénographie seront soumis à votre vote. Je recevrai vos choix et les intègrerai le soir-même. Le compte à rebours pour Nîmes commence ce soir.
Nombreuses autres surprises sont à venir tout au long de la tournée.
LET’S GO and PIMP YOUR RUIZ.
Je vous embrasse.
Olivia. »
Olivia Ruiz, Page Facebook, 12/01/2017

Je ne connaissais pas le nom de l’application, il m’a bien fait marrer! Tant mieux car il se décline en plusieurs catégories:

Pimp my dress!

Avec cette catégorie, on peut choisir la tenue d’Olivia Ruiz sous forme de formules évocatrices comme « l’audacieuse » ou « l’effrontée »…
Je dois avouer que je préférais les termes qu’Olivia Ruiz avait dévoilés lors d’une interview avec « la robe nuage » ou « la garçonne ». C’était plus concret et ça faisais plus rêver, car en fait depuis…je rêvais de voir la robe nuage!!!!
 laudacieuse

« Bonsoir Lourdes, A vous de choisir la tenue #PimpMyDress que vous préfèreriez que je porte pour le concert de demain soir. Les votes resteront ouverts jusqu’à 19h! (Chaque adjectif caractérise une tenue secrète, à découvrir lors du concert si elle est choisie d’où l’absence de photos pour le sondage) ».
Olivia Ruiz, Page Facebook 13/01/2017.

Pimp my songs!

Avec cette catégorie, on peut choisir la ou les chansons qu’on souhaite écouter en live. Là, surprise, car on pouvait en choisir plusieurs. Autant dire que tous les chicos/chicas Olivia Ruiz vont toutes les cocher!! En tous cas, j’étais ravie de voir apparaître des chansons qu’on n’avait plus l’habitude d’entendre en tournée comme Les Vieux Amoureux ou de Toi à Moi. 

olivia-ruiz-pimp-my-songs-concert-participatif

« Pimp my Songs. Nouveau concert à Lourdes demain soir, j’ai besoin de vous pour savoir quelle chanson vous préfèreriez que je chante sur scène. »
Olivia Ruiz, Page Facebook 13/01/2017

Encore un défi complètement barré et tellement excitant pour Olivia Ruiz et ses aficionados. J’adore l’idée, et j’ai hâte de pouvoir voter pour le concert à Istres.

En revanche, je m’étais complètement emballée car je m’attendais à une super application mobile ergonomique qui nous mettrait en totale immersion dans l’univers d’Olivia Ruiz…En fait, ce n’est qu’une application Facebook avec des sondages…
Bon, ça m’apprendra à travailler dans le Web… 😉

Mode: La robe longue du booklet d’Olivia Ruiz

C’est les soldes!

Et pour fêter ça, je vous ai retrouvé la magnifique robe longue qu’Olivia Ruiz porte sur la dernière photo du booklet A nos Corps-Aimants, que j’ai choisie comme couverture de la page Facebook.

Robe Jasmine Bash portée par Olivia Ruiz dans le booklet

C’est donc chez Bash qu’il faut se rendre au plus vite pour s’emparer de la robe Jasmine car elle est soldée à 50% (165€ au lieu de 330€)!

Robe Jasmine Bash portée par Olivia Ruiz dans le booklet

Enjoy!

En vente également sur monshowroom.com

2016, toujours aimantée à Olivia Ruiz!

Et oui, c’est la 5e année que je vous présente mes bons voeux!  Ca nous fait maintenant 203 articles, et le petit coup de vieux qui va avec!

C’est qu’on ne s’ennuie pas au pays d’Olivia Ruiz… Avec le nouvel album A nos Corps-Aimants, ce sont de nouveaux territoires qui ont, une fois de plus, été explorés: la maternité, la peinture surréaliste, le Japon, les comptines, comme la vie de noctambule.

Mais aussi de nouvelles collaborations: Ibeyi, Annika and the forest, Edith Fambuena, Jacob Snyder… de nouveaux musiciens: Jean-Louis Solans, Mathieu Gamet, Vincent David… De nouvelles reprises :Les Clash, Joe Dassin, Bob Dylan… Des duos inédits: Camille Bazbaz, Vianney, Mathias Malzieu,Cali… un nouveau look, et encore bien d’ autres choses à explorer.

J’ai ainsi posté 32 articles sur le blog en 2016, avec plus d’intensité en fin d’année pour la sortie du nouvel album. Vous avez adoré voyager à Marseillette avec moi, découvrir Franck Marty et ses instruments un peu dingues, partagé la joie d’Olivia Ruiz d’être bientôt Maman et découvrir la chanson consacré à son Nino.

Les Chicas ont apprécié reproduire le make-up d’Olivia Ruiz au festival de Cannes et chiner les collants déjantés qu’affectionne Olivia. Vous avez également apprécié plein d’autres articles, car vous aimez comme moi farfouiller ici et là pour déambuler dans l’univers d’Olivia Ruiz.

Pour honorer les 1 129 fans de la page Facebook, je l’ai fait un peu évoluer pour qu’elle ne soit plus strictement la copie du blog. j’y ai relayé la quasi-intégralité des passages en presse d’Olivia Ruiz en retrouvant les replay, en scannant les magazines, ou en partageant les podcasts audio.

Quelle course poursuite! Je me demande comment Olivia Ruiz  fait pour tenir la cadence, car je suis moi-même essoufflée rien qu’à tout écouter/visionner, afin d’identifier les interviews qui sortent du lot (Perso, j’en peux plus de la sempiternelle question sur « Je baise donc je suis », à croire que les gens baisent pas…). Bref, j’ y ai ajouté aussi un album photo « Covers » et une petite nouvelle rubrique « clin d’oeil », histoire de se marrer un peu.

Mais cette année, il s’est surtout passé quelque chose d’ incroyable …Grâce à mon pote Alex du groupe Polo&Pan qui était l’invité de Didier Varrod et Olivia Ruiz dans l’émission Foule Sentimentale (encore merci Alex), j’ai reçu un message très cool d’Olivia Ruiz qui m’a appris qu’elle suivait le blog de près.

Autant vous dire que j’ai pris un shoot d’adrénaline et que j’en ai pas dormi de la nuit!! Ma démarche est tellement désintéressée que j’en attendais rien. Bien sûr, j’étais ravie de voir que les proches d’Olivia Ruiz appréciaient le blog car quelque part, c’était pour moi un gage de qualité qui m’encourageait à continuer.

Mais j’étais convaincue qu’Olivia Ruiz Herself ne l’avait jamais lu. Allez savoir pourquoi, j’avais cru comprendre qu’ elle et les réseaux sociaux, ça faisait deux!!! Et puis, honnêtement, à sa place, j’aurais eu peur qu’une « Chica Olivia Ruiz » qui consacre un blog à son univers soit une psychopathe!!!

Mais non, rassurez-vous, tout ça est très sain… Je n’ai pas des photos d’Olivia Ruiz partout dans la maison!!! D’ailleurs, j’en ai pas une seule (bon OK, j ‘ai quand même une litho tirée de Métamorphose en bord de ciel). J’adore son univers, je m’y sens bien car je m’y sens chez moi, tout en me faisant voyager… Et comme le succès du blog le prouve (on a explosé les scores cette année avec 58 000 visites), je suis loin d’être la seule!

Je remercie ainsi de tout mon coeur les nombreux Chicos et Chicas de faire partie de la bande. Les Frenchies mais aussi ceux from the USA et autres parties du monde. Un grand merci à tous ceux qui m’envoient des news via message privé, car malgré tous mes efforts, je ne suis pas toujours au courant de tout et avant tout le monde!

Je remercie également Olivia Ruiz de me faire l’honneur de me lire et de continuer de nous régaler de ses nombreux talents.

Je vous souhaite à tous une très belle année 2017. Pour ma part, elle commence en force, avec le concert à Istres le 28 janvier…

2017 Besos,

Julia

la-chica-olivi-ruiz

 

Bons Voeux 2016 de Chica Olivia Ruiz! (voeux 2016)
2014, encore et toujours plus d’Olivia Ruiz! (voeux 2015)
2013, l’année du calme et la tempête aussi pour la Chica Olivia Ruiz (voeux 2014)
2012, un bon cru pour la Chica Olivia ruiz! (voeux 2013)