Tokyo Eyes d’Olivia Ruiz

Un des titres sur lequel j’ai apprécié m’arrêter dans le nouvel album A nos Corps-Aimants d’Olivia Ruiz est Tokyo Eyes, parce que la musique rock qu’Olivia Ruiz a composée avec Edith Fambuena et Frank Marty déménage, et qu’elle raconte une nouvelle histoire, sur un territoire jusqu’alors inexploré et aux antipodes des pays latinos auxquels Olivia Ruiz nous a habitués jusqu’à maintenant.

Cette chanson est inspirée par un moment de solitude et de tristesse suite à une petite brouille qu’Olivia Ruiz avait eue avec ses proches lorsqu’elle accompagnait Salvatore Adamo en tournée au Japon en octobre 2010. Elle l’a intitulée Tokyo Eyes en hommage au film de Jean-Pierre Limosin.

« Hommage à Jean-Pierre Limosin. j’aime même failli tourner avec lui et c’était très triste que ce projet n’ait pas obtenu de financement parce que Tokyo Eyes, ça fait vraiment partie des films cultes et que quand je me suis retrouvée à faire la première partie de Salvatore Adamo à Tokyo, je me suis baladée dans cette ville avec toutes ces images en tête.  A ce moment là le coeur un ptit peu gros avec une discussion assez houleuse avec certains de mes proches et voilà, cette déambulation musicale est née d’un ptit coeur gros ».
Olivia Ruiz, Ciné, Séries & Compagnie 27/11/16.

olivia-ruiz-salvatore-adamo-tokyo olivia-ruiz-salvatore-adamo-tokyo-eyes

Alors évidemment, j’ai regardé le film et ça n’a pas loupé, j’ai adoré…  Le pitch: A Tokyo, un homme est recherché par la police pour tirer à blanc sur les gens. Un drôle de serial killer qui ne fait qu’effrayer la victime. Quelles sont ses motivations? La jeune soeur du policier chargé de l’affaire se met en tête de le retrouver seule… C’est beau, tendre et poétique et en même temps rock’n roll et trash. Une histoire d’amour pour les chicos/chicas qui n’aiment pas l’amour…

Affiche du film Tokyo Eyes réalisé par Jean-Pierre Limosin

Le projet du film de Jean-Pierre Limosin avec Olivia Ruiz était l’adaptation du roman Morsures de l’ombre de Karine Giebel. Le Pitch: Un homme est invité à boire un dernier verre chez une femme qui le fait prisonnier et le fait souffrir. Pourquoi lui? Qui est la véritable victime? Suspens… Le projet n’a pas abouti car il est plus difficile d’obtenir un financement pour un film très noir qu’avec un « feel good movie ». Dommage…

« C’était un film très très sombre, on a fait des castings géniaux, moi j’étais hyper dedans, c’était une adaptation d’un roman qui s’appelle les morsures de l’ombre où c’est une jeune femme qui va capturer un homme en pensant qu’il est l’assassin de sa soeur. Et puis bien évidemment… »
Olivia Ruiz, Ca pique mais c’est bon 04/01/17.

Roman Morsures de l'ombre de Karine Giebel que Jean-Pierre Limosin souhaitait adapter au cinéma avec l'actrice Olivia Ruiz.

Actuellement en tournée, Olivia Ruiz interprète Tokyo Eyes en rappel à la fin du spectacle revêtue d’une robe complètement improbable!!

olivia-ruiz-tokyo-eyes-tournee

A visionner à la 19e min:

Tokyo Eyes:

In Tokyo eyes I found myself
Behind the lights, a window for my breathlessness
Oh brightening city, bring me all that I need
I must come back happy, walking on my two feet

I’m feeling bound hands and feet
Retreating into the camp of my mind
I will follow the tips of my boots
If they stop on this street, nevermind

Nobody must know
I’m in the depths of despair
I protect the ones I love
My loneliness is my affair

I’m feeling bound hands and feet
Retreating into the camp of my mind
I will follow the tips of my boots
If they stop on this street, nevermind

I’m feeling bound hands and feet
Losing control of the tips of my boots
I will follow the sound of this night
If I die on this street, to survive I won’t fight

 

Julia
Pas de commentaires
Laisser un commentaire :