Volver d’Olivia Ruiz et Jean-Claude Gallotta

Volver… Je ne sais pas par où commencer pour vous décrire ce spectacle OVNI qui mêle chant, musique, danse contemporaine et vidéo.

Un show inédit et inattendu complètement jouissif pour les aficionados d’Olivia Ruiz comme moi, qui traverse son répertoire de fond en comble, et qui permet d’écouter des petites merveilles encore jamais écoutées en live comme Paris, les Vieux amoureux, de Toi à moi, de Toi à moi II,…

Une histoire fiction-fusion des parcours de vie de la grand mère d’Olivia Ruiz Joséphine Blanc -alias Pépita- et d’Olivia Ruiz herself -alias la Femme Chocolat- sur fond historique d’immigration espagnole. L’occasion de faire écho au titre de Toan El silencio, avec des images et des citations directement tirées du clip.

C’est un spectacle vraiment poignant et je dois avouer que les larmes me sont montées aux yeux dès le 1er tableau car la narration très simple, dépouillée du superflu, dit tout et réveille la dure réalité des migrants qui résonne encore aujourd’hui. Sans parler de la mise en scène qui, comme une caisse de résonance, décuple toutes les émotions.

Mais c’est surtout une histoire d’amour passion entre les personnages de Joséphine Blanc et Raphaël: Je m’en fiche, de toi à moi, Quijote, Spit the devil, Volver...qui donne une nouvelle lecture aux titres d’Olivia Ruiz. C’est comme si on découvrait ses chansons -qu’on connaît pourtant par coeur- pour la première fois. Une autre façon de se délecter de son oeuvre…

Les costumes sont d’une fausse simplicité, avec juste ce qu’il faut pour coller à l’ADN d’Olivia Ruiz. Du noir, du blanc, du rouge, des plissés et des dentelles qui mettent en valeur les danseurs, racontent l’histoire et passent les émotions. On a eu la grande joie de revoir la magnifique robe de la Mécanique du coeur et de la tournée Miss Météores.

Les croques-notes sont les mêmes que sur la tournée A nos Corps-aimants et jouent en live comme à leur habitude, en faisant toutefois attention à ne pas envoyer le son trop fort, de manière à ce que les danseurs puissent suivre et à ne pas parasiter le micro d’Olivia Ruiz. Car Olivia Ruiz chante en live tout en dansant. Je n’arrivais pas à y croire au début, je pensais que le chant était enregistré comme la partie narrative tellement c’était parfait tout en dansant, le truc genre impossible! Mais si…

La danse apporte vraiment beaucoup. Òn aurait pu craindre des chorégraphies d’accompagnement comme sur un plateau télé. Mais pas du tout. C’était sans compter sur la subtilité des chorégraphies de Jean-Claude Gallotta tellement évocatrices.La danse rend tout plus intense, plus émouvant, plus puissant.

Un spectacle immanquable pour les fans et vraiment divertissant et enrichissant pour les autres, qui montre une nouvelle fois le professionnalisme et la sincérité qu’Olivia Ruiz incorpore à tous les projets qu’elle entreprend.

> Un énorme merci pour l’accueil que m’ont réservé Olivia Ruiz, les musiciens, les danseurs et Jean-Claude Gallotta.

 

 

 

 

Julia
Pas de commentaires
Laisser un commentaire :