Machins Choses Olivia Ruiz: Interview exclusive de Xavier Reim

Je vous avais partagé sur la page Facebook mon coup de coeur pour le court métrage Machins Choses sur Olivia Ruiz . J’ai tellement adoré que j’ai voulu en savoir plus. J’ai contacté le réalisateur Xavier Reim qui m’a répondu avec beaucoup de générosité et simplicité. Je le remercie encore infiniment pour avoir pris le temps de nos faire découvrir les coulisses de cette production, je me suis régalée de le lire!

 

© Milgram Productions

 

Pour commencer, peux-tu nous expliquer le concept de la collection Machins choses et comment en es-tu venu à réaliser ce projet?

Machins Choses est un programme court qui met en lumière un interprète à travers une anecdote parfois méconnue du grand public. C’est par le prisme de l’objet que sont abordées ces petites histoires qui alimentent les légendes, le tout étant raconté par la douce voix de l’actrice Marie Petiot. C’est la boite de production Milgram qui en a eu l’idée originale et qui l’a proposé à France Télévisions. Milgram et l’Adami avaient envie de raconter ces histoires avec des prises de vues réelles, et en évitant donc d’utiliser le plus possible les images d’archive. Le projet me plaisait sur le papier et j’ai un côté un peu bricoleur. J’ai toujours cherché à m’amuser lors de la prise de vue, en utilisant des astuces ou des effets réels (fils en métal, miroirs, formes découpées dans du papier, etc). J’imagine que c’est ce qui a donné au producteur Clément Mathon l’envie de me donner les reines de ce projet…

 

© Milgram Productions

 

Pourquoi avoir choisi le sujet d’Olivia Ruiz? Y a -t- il un lien avec l’ Adami qui est à l’ initiative du projet? (on se souvient qu’ Olivia Ruiz a réalisé le court métrage Où elle est Maman? lors de l’ évènement Talents Adami Cannes). 

Nous travaillons en effet en étroite collaboration avec l’Adami, la société de gestion des droits des artistes-interprètes. Nous échangeons sur nos souhaits de récits, nos envies concernant les artistes… Avec l’auteure Valérie Paillé, qui est aussi journaliste, nous veillons à ce que chaque artiste ait une histoire liée à un objet, et que le tout tienne en 1m20s, le temps imparti de ce format court. C’est un sacré travail ! Lors des réunions préparatoires de ce projet, l’histoire d’Olivia Ruiz nous est tout naturellement venue à l’esprit. C’est qu’elle a un sacré parcours depuis son enfance à Marseillette. Elle a une identité artistique forte, reconnaissable entre mille. Et enfin, son travail est apprécié du grand public. L’ensemble des critères était rempli, que demander de plus pour inaugurer la collection Machins Choses ?

 

© Milgram Productions

 

A-t- elle collaboré de près ou de loin au projet, ou a-t- elle eu la surprise? Quel a été son retour?

Olivia Ruiz n’a pas du tout collaboré au projet malheureusement. Nous ne savons même pas si elle a eu encore l’opportunité de voir le programme court. 23 épisodes composent la saison 1 de la collection Machins Choses, donc c’est tout autant d’artistes et tout autant d’histoires à raconter. Il serait compliqué de travailler avec tous ces interprètes en même temps car nous écrivons et tournons en parallèle plusieurs épisodes. Nous veillons cependant à ce que l’ensemble des épisodes respecte l’identité et l’histoire de chaque artiste. Nous avons véritablement le souci de rendre hommage à leur carrière. J’espère que l’épisode contant Olivia Ruiz est aussi proche d’elle que possible…

 

© Milgram Productions

 

En ce qui me concerne, je trouve que le court métrage est l’ essence même d’ Olivia Ruiz, comme peu de personnes arrivent à la saisir. Une multitude de références relatives à son univers inondent le film. Y aurait-il une personne aussi fana que moi dans l’ équipe?

Merci énormément pour ce compliment, que je transmettrai avec plaisir à l’ensemble de l’équipe. Nous passons tous énormément de temps sur chaque épisode, que ce soit lors de la recherche journalistique, l’écriture, la conception des tableaux, les décors, la lumière, le montage… Nous lisons des articles, regardons des interviews, recherchons des photos de tel ou tel moment de la carrière de l’artiste. L’un des objectifs de Machins Choses est de s’imprégner le plus possible de l’univers des artistes-interprètes. Je ne peux parler pour chaque membre de l’équipe, mais pour ma part, j’apprécie la carrière et la musique d’Olivia Ruiz. Je l’avais découvert, comme une grande partie du public, sur ma télévision cathodique. Mais c’est son album La Femme Chocolat et ses collaborations avec Mathias Malzieu (que je connaissais déjà avec Dionysos) qui m’ont définitivement conquis.

 

© Milgram Productions

 

Pourquoi avez-vous choisi le support de découpages en papier pour vous exprimer? 

Nous avons choisi d’utiliser les découpages en papier lors de discussions avec la cheffe décoratrice Amélie Meseguer et son équipe. Nous sommes partis du lieu favori des artistes-interprètes : la scène. L’expérience d’Amélie dans le spectacle vivant nous a permis donc d’imaginer chaque histoire de sous formes de tableaux, comme au théâtre. À l’échelle de la caméra, les grands décors de contreplaqué deviennent donc des petites feuilles de papier cartonnées au laser. Ces feuilles de papier sont un formidable moyen d’expression ! On peut les découper, les peindre, les tordre, les assembler. Le chef opérateur, Pierre-Marie Paubel, s’appuie aussi sur le papier pour créer toutes les ambiances lumineuses du film. Il joue avec les réflexions, les transparences… Le grain du papier apporte une véritable identité au programme et lui confère un aspect inédit.

 

© Milgram Productions

 

Comment avez-vous choisi les titres de la bande son qui est juste géniale? A part J‘traîne les pieds (vous ne pouviez pas passer à côté pour la référence à la boîte à musique), ce ne sont d’ ailleurs pas les plus connues…

C’est Romain Grenier, l’ingénieur du son, qui a composé la bande son. Il a écouté l’ensemble de la discographie d’Olivia Ruiz et en a choisi les extraits collant le plus à chacune des séquences. On passe de De toi à moi, à J’traine les pieds, en passant par L’almée phénomène de Bratsch. Il y a même When the night comes dont Olivia Ruiz partage l’affiche avec Lonely Drifter Karen. Ce qui est intéressant dans le travail sonore de Romain, c’est la capacité à pouvoir enrichir l’histoire avec des informations que l’on ne peut pas raconter. Ainsi, on parcourt l’univers d’Olivia Ruiz, que ce soit au travers de ses chansons ou bien de ses influences. La carte d’identité est complète !

 

© Milgram Productions

 

As-tu une anecdote à nous partager pendant la réalisation du film?

Je parlais précédemment du fait que l’on se soit inspiré de l’univers du théâtre pour composer nos décors. Eh bien, ce qui est drôle, c’est que lors des tournages, nous utilisons les mêmes expressions qu’à la scène. On place un personnage à jardin, une planche de décor à cour, il y a des cintres pour manœuvrer les projecteurs, nous utilisons parfois des systèmes de poulies, de tringles, de rails…

 

© Milgram Productions

 

De quoi es-tu le plus fier dans ce projet?

Ce sont je suis le plus fier est le travail de l’ensemble de l’équipe impliquée sur le projet Machins Choses, que ce soit pour ce qui est palpable (l’image, le son), que pour ce qui l’est le moins, comme la gestion et l’organisation des tournages par la directrice de production Juliette Ambil, ou bien la coordination de la communication grâce à Adrien Durand. Il est rare d’avoir une équipe soudée et rodée. Les épisodes sont magnifiques à regarder. Donc un grand merci à eux !

 

© Milgram Productions

 

Quelle est ta prochaine actu? Où peut-on continuer à suivre ton travail?

Actuellement, nous sommes encore en plein travail sur Machins Choses ! Certains épisodes sont en cours de montage, d’autres en cours d’écriture. Nous allons parler du cascadeur Rémi Julienne, de l’actrice Catherine Deneuve, des chanteurs Alain Souchon et Barbara… Tout un tas d’histoires et d’univers à explorer tout au long de l’année sur Culturebox et à voir sur la chaine Franceinfo. Pour découvrir mon travail, je vous invite à vous rendre sur mon site internet www.xavierreim.com. Sinon, pour suivre mon travail au quotidien, le mieux est de me suivre sur twitter : @XavierReim. J’y poste mes dernières créations, ainsi que des découvertes musicales et des photos de tournage… L’occasion de voir les coulisses des prochains enregistrements de Machins Choses…

 

© Milgram Productions

 

Interview réalisée par Julia Sorriano, alias la Chica Olivia Ruiz.

Julia
Pas de commentaires
Laisser un commentaire :