Télérama.fr – 8 Juin 2013

Olivia Ruiz: "Paris est dangereux pour une fille comme moi" Face aux tentations de la grande ville, elle n'est pas de cire. D'ailleurs, elle déteste le musée Grévin. Trois adjectifs pour qualifier Paris… Pollué, magique, dangereux pour une fille comme moi. Quel âge a Paris ? Suffisamment vieux pour être inégalablement précieux. Décrivez en deux mots le Parisien et la Parisienne. Nombriliste et cultivé, branchée et rarement parisienne. Quelle est la chose la plus ringarde à Paris ? Le musée Grévin. Et la chose la plus chic ? Bruncher au Bristol, puis faire un tour à la Phono Galerie, où l’on trouve des vieux Tepaz, des phonographes, des gramophones… Abonnement Vélib’, Navigo… ou Taxi bleus ? Mes petites gambettes. Quand avez-vous pris le métro pour la dernière fois ? Pour aller où ? Samedi dernier, pour aller visiter...

Interview Brive Festival – 06 Mai 2013

Interview issue du site Brive Festival., du 19 juillet au 3 août 2013. Olivia Ruiz s'y produira le 20 juillet prochain! C’est la première fois que vous composez entièrement votre album, pourquoi ce choix, vous étiez prête? On vous avez montré la voie? Je n'ai pas une façon de procéder conventionnelle, il y avait un concours de circonstance tout simplement j'étais beaucoup à l'étranger, j'ai ce plaisir à travailler en équipe mais j'ai du m'en priver malheureusement cette fois. Sur « La Femme Chocolat »(2005) j'avais écrit six morceaux toute seule, sur« Miss Météore »(2009) on avait fait la musique à deux avec Mathias (Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos), je n'ai pas de recette, ça se fait à l'instinct. Est-ce que c'est...

Paula, une Chica MUY Olivia Ruiz!

Salut les chicos et chicas Olivia Ruiz! Je souhaitais vous faire découvrir un autre blog dédié à Olivia Ruiz que j'aime beaucoup car on y déniche des photos parfois peu exposées d'Olivia Ruiz: http://www.fotolog.com/laxicachocolate/   Paula, son auteure barcelonaise, a accepté de répondre à une petite interview afin qu'on en sache plus sur l'âme qui anime ce blog...

Madame Figaro – 19 Mars 2013

Cuba, dans les pas d'Olivia Ruiz! Partie à Cuba pour y puiser l’inspiration, l’artiste a succombé au charme de l’île. Moralité, Le Calme et la Tempête, son album, balance entre tango et rythmes chaloupés. ¡ Vamos ! La Havane Où dormir ? Orlandito y Yelen « À la Havane, on ne dort pas à l’hôtel...

Le Télégramme.com- 19 février 2013

Olivia Ruiz. « Je peux aussi être très sanguine » Olivia Ruiz est de retour avec « Le calme et la tempête », n'hésitant pas à y rouler les « r » pour honorer ses origines espagnoles. Avant ses concerts à Brest, jeudi, et à Rennes, le 16 mai, l'artiste évoque la composition de son album, ses voyages, ses rencontres étonnantes. La tournée débute tout juste. Quelles sont vos premières impressions ? C'est génial de retrouver la scène et d'être venue à bout de ce spectacle très ambitieux. Ce que j'aime, c'est voir l'émerveillement sur le visage des gens dans le public et c'est quelque chose que l'on a rencontré lors des cinq premiers concerts. « Le calme et la tempête », était-ce...

Le JDD – 02 février 2013

La môme Ruiz donne rendez-vous à la terrasse du Chinon, rue des Abbesses dans le 18e arrondissement de Paris. Montmartre, son quartier d’adoption, son refuge à l’aube d’une année chargée. Dans la foulée d’un quatrième album, Le Calme et la Tempête, elle a retrouvé depuis une semaine les routes de France pour une tournée marathon de soixante dates. Ses dimanches d’artiste ou ses dimanches d’enfant, ses racines espagnoles, ses amitiés d’aujourd’hui, Olivia Ruiz se raconte sans artifices. Elle-même tout simplement, avec cet accent chantant qu’elle a appris à gommer dans les cours de comédie. "Vocaliser avec un accent peut abîmer les mots, à moins d’avoir le talent d’un Nougaro, dit-elle. Mais je parle toujours “avé” l’accent." Vous débutez une nouvelle tournée....

L’Humanité – 11 décembre 2012

Olivia Ruiz : « J’ai des idées complètement barrées » Après Miss Météores, 
elle sort le Calme 
et la Tempête.  Un album qu’elle a entièrement écrit et composé. Une première pour l’artiste. Votre état d’esprit 
du moment, c’est plutôt le calme 
ou la tempête ? Olivia Ruiz. C’est 
la tempête promo en ce moment. Je suis un bon petit soldat. Je me donne les moyens, je me dépasse pour faire entendre ma musique (rires) ! C’est tellement dur d’en accoucher, de ses idées, de ses morceaux, de les abandonner, de les lâcher aux mains du public. D’ailleurs, à la fin de l’album, j’ai eu une espèce de baby-blues, un vide très bizarre. Et dans ma vie personnelle, c’est plus le calme dans le sens où je...