Le JDD – 02 février 2013

La môme Ruiz donne rendez-vous à la terrasse du Chinon, rue des Abbesses dans le 18e arrondissement de Paris. Montmartre, son quartier d’adoption, son refuge à l’aube d’une année chargée. Dans la foulée d’un quatrième album, Le Calme et la Tempête, elle a retrouvé depuis une semaine les routes de France pour une tournée marathon de soixante dates. Ses dimanches d’artiste ou ses dimanches d’enfant, ses racines espagnoles, ses amitiés d’aujourd’hui, Olivia Ruiz se raconte sans artifices. Elle-même tout simplement, avec cet accent chantant qu’elle a appris à gommer dans les cours de comédie. "Vocaliser avec un accent peut abîmer les mots, à moins d’avoir le talent d’un Nougaro, dit-elle. Mais je parle toujours “avé” l’accent." Vous débutez une nouvelle tournée....